Pour un dernier éclat

Attention, Natsu est OOC !
Cet écrit a été amélioré après l'avis de ce gentil dragon.
Les passages concernés sont en gris.

 

Pour un dernier éclat
Gif: Tekkon Kinkreet

 

 

Je m'appelle Lassia Arkhis, et j'étais une rescapée de Saberthooth, nouvelle venue à Fairy Tail. On aurait pu me confondre avec la cadette des Strauss avec mes cheveux platine et mes 1m62, mais la couleur de mes yeux ne reflétait en rien la douceur et la gentillesse de leur bleu saphir. Et pour cause, il se rapprochait plus de mon élément: le feu, étant donné qu'ils étaient entre le rouge et le rose, magenta en somme. Enfin, j'avais mis pas mal de temps avant d'accepter leurs nombreuses invitations à les rejoindre, mais mon ancienne guilde me paralysait, j'avais trop peur de les mettre en danger, même en sachant à quel point ils étaient forts. Je ne voulais pas qu'ils soient blessés par ma faute, je ne voulais pas qu'il soit blessé lui. Natsu Dragnir.
 
Ce dragon slayeur de feu aux cheveux roses et aux yeux d'onyx dont j'étais tombée amoureuse, et pour mon plus grand bonheur, cet amour était réciproque. Nous avions vécu tellement de choses, des haut et des bas, des sourires aux larmes tout en combattant pour notre guilde, pendant plus d'un an. Mais Natsu n'avait jamais cessé de se battre pour moi. Il avait tenu tête à Saberthooth pour moi, avant même que nous soyons ensemble. Il les avait combattus alors que j'étais incapable d'utiliser ma magie correctement, moi simple mage de feu. Il m'avait toujours aidé et soutenu, il m'avait entraîné pour que je puisse me battre correctement, mais surtout avec lui. Il avait toujours été là, toujours, sans exception.

 

Le nombre de fois où j'avais été quasi hypnotisée par son sourire lumineux ne se comptait plus, et la sensation que j'avais lorsque j'étais dans ces bras musclés était indescriptible. Un sentiment de sécurité comme je n'en avais jamais connu. Ses bêtises me faisaient rirent chaque jour, illuminant ma vie tel un soleil, et petit à petit, sa maison était devenu la nôtre. On aurait pu résumer ça en un bonheur parfait. Enfin, presque... 
 
Car il avait fallu que mes gènes gâchent tout. Oui, un jour où j'aidais à la guilde, Reby me demanda de ranger quelques livres à la bibliothèque. Il n'y en avait pas beaucoup, alors j'avais terminé rapidement. J'allais repartir quand un livre tomba au sol. Je décidais donc naturellement de le remettre sur son étagère, quand son titre m'interpella.
 
« Histoire et généalogie des Arkhis »

Surprise de voir un livre avec mon nom inscrit dessus, je ne pus refréner l'envie de l'ouvrir, surtout en sachant que j'ignorai tout de ma famille. J'avais été donné en pâture à Saberthooth dès mon plus jeune âge, et je ne savais strictement rien de mon passé avant ce moment. Je me demandais aussi pourquoi Reby ne m'en avait jamais parlé...
 
Mais je n'aurais jamais dû faire ça, oh non jamais, et je comprenais alors pourquoi j'ignorai tout de l'existence de ce livre. Moi qui vivais mon histoire d'amour tranquillement, j'étais terrorisée. Il ne me fallut pas plus de deux pages pour comprendre que j'étais génétiquement l'ennemie mortelle des dragon slayeurs. Hormis Natsu, il y avait bon nombre de ce genre de mages à la guilde, mais pour être honnête, ce jour-là, seul Natsu occupait mon esprit. Et pour cause. Selon ce qui était écrit dans ce livre, qui avait fini par terre tellement le choc fut violent, la méthode était relativement simple : les femmes de notre lignée étaient dotées d'une incroyable résistance mentale et émotionnelle. Il leur suffisait alors de séduire leur cible puis de le tuer froidement une fois que celui-ci était tombé amoureux.
 
Tout, absolument tout en moi était devenu chaotique. J'avais peur de ce que je pouvais faire, l'idée de pouvoir lui faire du mal me rendait malade, me rendait folle. Quand bien même je le savais puissant, ça ne changeait rien. Et en plus de ça, j'étais complètement perdue vis-à-vis de mes sentiments. Etait-ce simplement ma génétique qui m'avait fait tombée amoureuse de lui ? Etait-ce une illusion ? Je ne pouvais pas y croire, et pourtant ces simples lignes avaient réduit mon quotidien en cendres.
 
Je sortis précipitamment de la bibliothèque, sans faire attention aux interpellations de mes camarades. La seule personne qui capta mon attention avant de passer les portes de bois de la guilde fut le mage de glace, Grey Fullbuster, meilleur ami de Natsu, et le mien aussi maintenant.
 
-Dit à Natsu... Que je dois partir, je ne sais pas si je reviendrais, déclarai-je à la va vite avant de déployer mes ailes de feu.
 
Cette capacité que Natsu avait réussi à m'inculquer, sachant que la liberté pour moi était vitale. Je savais que Natsu était parti chercher quelque chose chez lui, enfin chez nous, d'où son actuelle absence.
 
-Quoi ?! Mais attends ! Tenta le brun en se levant de son tabouret du bar.
 
Mais je ne l'écoutais pas et mes longs cheveux neige volèrent dans le vent dès que j'eus pris mon envol sous le soleil radieux de cette journée d'été. Je devais partir, partir loin pour le protéger. Assez loin pour qu'il ne me retrouve pas. C'est vrai qu'à ce moment-là, je n'avais pas pensé une seule seconde au mal que mon absence aurait pu lui faire. Je ne songeai qu'à une chose : sa protection. Pensant même à ne jamais revenir et qu'il s'en remettrait. Je n'avais jamais rien eu d'exceptionnel, ça avait été toujours le contraire. J'étais une mage médiocre, et pour cause, si Natsu ne m'avait pas appris à maîtriser mon feu, je n'y serais jamais parvenu. A dix-huit ans, c'était tard pour apprendre la magie. A Saberthooth, on ne m'avait jamais dit comment faire, alors j'avais développé mes capacités de combat au corps à corps. Mais ça ne servait à rien contre des mages doués comme ceux de Fairy Tail. Plus j'y pensais, plus je me disais que je n'avais pas ma place là-bas. Qu'est-ce qu'une mage qui n'en a qu'à peine le nom pourrait bien faire avec eux ? C'était ridicule !
 
Moi, aimer un homme tel que Natsu Dragnir ? C'était n'importe quoi, comme si j'en étais digne !
 
Je m'étais arrêtée de voler au bout d'un temps qui me sembla durer une éternité, tellement j'avais la tête pleine de pensées plus négatives les unes que les autres. Je m'étais stoppée dans une montagne inhabitée, personne, moi et la nature, moi et mes pensées.
Mais il me manquait tellement, même si je savais que c'était pour son bien...
 
-Natsu... Murmurai-je désespérée.
 
Alors que mon esprit divaguait le long du paysage montagneux qui s'offrait à moi, mes cheveux immaculés flottant au vent, une petite voix me revint, non, un souvenir. Un souvenir que je n'aurai jamais dû oublier.
 
« C'est notre Fairy Tail, nous ne vivons pas comme si nous étions déjà morts comme tu le fais! Nous vivons en mettant nos vies en jeu, enfoiré ! Si t'as pas le courage de changer les choses alors il ne te reste qu'à mourir ! »

Ces paroles, il les avait lancées à un de nos nombreux ennemis que nous avions affrontés depuis que j'étais arrivée.
 
- « Si t'as pas le courage de changer les choses alors il ne te reste qu'à mourir », Répétai-je à moi-même, pensive.
 
Mourir ? Je ne le voulais pas. Pas par peur. Je ne le voulais pas car j'étais convaincue que la vie que je menais maintenant à Fairy Tail était la bonne. Je ne voulais pas mourir car j'avais ce sentiment absolu que j'avais encore des choses à accomplir dans ma vie de mage pathétique.
 
Alors j'allais l'écouter. J'allais changer. J'allais devenir plus forte. Assez forte pour changer mon destin, pour contrecarrer mes gènes. Pour ne jamais, au grand jamais toucher à un de ses cheveux. Pour qu'il ne perde jamais ce sourire que j'aimais tant. Peu importe le temps que ça prendrait, je serais capable de maîtriser mes pouvoirs, de ne jamais être emprise à mes pulsions. Pour que jamais je ne blesse l'homme de ma vie, je devais me battre, me combattre moi-même.
 
Mais à ce moment-là, je n'avais encore rien compris. Je n'avais rien réalisé de mes actions. Je l'avais déjà blessé, je lui avais fait perdre ce sourire si incroyable. Natsu, celui qui représentait ma valeur sûre depuis déjà un bon moment, avait changé.
Qu'est-ce que j'avais pu être idiote.
 
Je m'étais entraînée sans relâche pendant six longs mois, en ne pensant qu'à une chose : Natsu. Mes cheveux avaient poussés, mais ce fut le seul changement physique notable, et encore. Mes yeux magenta étaient restés pareils, même s'ils n'exprimaient plus tout à fait la même chose. Plus mature, plus calme, plus sage, plus forte. Je pensais faire un retour fracassant, que Natsu serait heureux de me voir grandit, et plus puissante.
 
Mais la dure réalité m'avait rattrapée, avant de me frapper de plein fouet. J'étais bien rentrée à la guilde, accueillie chaleureusement, et dans les larmes pour la plupart. A peine avais-je passé les portes de la guilde que l'habituel brouhaha des chamailleries et discutions multiples se transforma en un silence religieux. Ils m'avaient regardé comme si j'étais un fantôme, essayant de savoir si j'étais bien réelle ou non. J'avais simplement fait un sourire gêné avant de lancer notre habituelle phrase.
"Je suis rentrée."

 

Grey en particulier était resté le plus stoïque devant moi. Mais j'avais très bien vu les larmes bordant les prunelles du mage de glace. C'est alors que j'eus peur. Il me prit doucement dans ses bras, alors qu'à mon tour, j'étais restée figée. Si notre meilleur ami commun avait eu cette réaction, je ne savais plus du tout à quoi m'attendre de la part de Natsu. Enfin, je refermais ma prise sur lui pour lui faire comprendre que j'étais bien rentrée, murmurant des excuses, puis il me lâcha avant de s'essuyer les yeux. Les garçons se moquèrent gentiment de lui, mais il ne répondit rien. La surprise et le soulagement avait du prendre le dessus sur tout le reste.

 

Ce fut ensuite au tour de Mirajane, et Erza, sans oublier Reby de me prendre dans leurs bras. Je n'avais pas réalisé que je les avais inquiétés autant. Je m'en voulais atrocement, et le cherchais partout du regard, puisque je ne l'avais pas vu depuis que j'étais rentrée.
C'est alors que Grey se rapprocha une nouvelle fois de moi, Reby me lâchant à son tour.
 
-Si tu cherches Natsu, il n'est pas là. Après ton départ, il est parti pour une S Quest de six mois. Mais il ne devrait plus tarder, il doit rentrer aujourd'hui. Mais si tu l'avais vu lorsque je lui ai dit que tu étais partie, on aurait dit que sa vie s'était effondrée... Jamais je n'avais vu Natsu dans un état pareil, expliqua Grey, le visage inquiet.
 
Mais quelle idiote... Moi qui n'avais fait que penser à lui, je l'avais peut-être détruit. Je ne m'étais jamais sentie aussi stupide de toute ma vie. C'était pour lui, pour le protéger, pour combattre à sa hauteur et à ses côtés que j'avais fait ça. S'il ne faisait plus parti de ma vie, tout ça, toute cette souffrance n'avait aucun sens !
 
Je voulus sortir pour le guetter, mais lorsque j'allais passer le pas de la porte, elle s'ouvrit. Je me stoppais, et nos regards se croisèrent. J'écarquillai les yeux devant cet homme pour qui j'aurais tout donné. Il avait les cheveux un peu plus longs, et des bandages sur les avant-bras. Mais ce qui me choqua fut l'expression de son regard. Ce n'était plus le même. Et c'était à cause de moi.
 
Il ne m'accorda qu'un rapide regard neutre, avant de passer à côté de moi.
 
-Content de te revoir, fit-il froidement avant de s'avancer vers les autres, tout sourire.
 
J'aurais voulu mourir. Il m'en voulait, et il était en droit. Il était pleinement dans son droit. Le regard sombre et serrant les poings, je devais assumer mes actes. Je devais faire face à la seule chose que je n'avais jamais envisagée : que l'homme de ma vie me haïsse. Mais quel sens avait ma vie s'il ne me regardait même plus ? Pourquoi est-ce que j'avais fait tout ça, s'il ne faisait plus parti de ma vie ? Natsu était ma vie !
 
Après que les autres l'aient accueilli comme il se devait, il monta prendre une douche. Je décidais de le suivre, peut-être qu'on pouvait en parler, peut-être que je pouvais faire quelque chose !
 
Je le vis aller vers les vestiaires des garçons, et je le suivis. Il entra dans une douche après s'être déshabillé. Je ne savais pas par où commencer, j'avais tant de choses à lui dire, je voulais tant pouvoir lui reparler comme avant !
 
-N-Natsu... Fis-je hésitante en regardant la porte de bois beige me séparant de l'homme que j'aimais, un bruit d'eau qui coule en fond.
-Qu'est-ce que tu veux ? Soupira-t-il. Me torturer pendant tout ce temps t'as pas suffi ?

Ses paroles avaient le même effet que des coups de poignard, mais j'encaissais.
 
-J'ai compris que tu m'en voulais, Natsu... Et j'accepte ta rancune. Mais accepterais-tu seulement de m'écouter ?
-Tu peux toujours essayer, rétorqua-t-il sans émotion.
-J'ai découvert que j'étais ton ennemie naturelle, l'ennemie des dragon slayeurs. De par ma lignée. J'ai paniquée, je voulais tout sauf te faire du mal. Tu sais très bien que j'ai déjà perdu les pédales avec mon pouvoir.
-Je suis fort, je n'ai pas besoin d'être protégé, affirma-t-il autoritairement.
-Je sais... Soupirai-je avec un sourire en coin. Ça n'a rien à voir avec ta force. Le désir de te protéger était simplement plus fort. Je reconnais que je n'ai pas pris la meilleure des décisions, mais sur le coup, ça me semblait évident. Je suis désolée de t'avoir fait du mal, si tu savais... Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait en pensant à toi. Parce que je t'aime toujours, Natsu. Je n'ai jamais cessé de t'aimer, ni de penser à toi, pendant ces six derniers mois. J'espère juste qu'un jour, tu pourras me comprendre, avouai-je le c½ur lourd, au bord des larmes, me mordant la lèvre inférieure pour me contenir.
 
Mais ma voix avait dû me trahir. J'étais appuyée contre la porte, quand je sentis le verrou se retirer. Je m'enlevai, et Natsu sortit, une serviette autour des hanches, me toisant du regard. Il tendit sa paume vers moi, avant d'en faire sortir une flammèche orangée.
 
-Estime que ça représente les sentiments qu'ils me restent envers toi. A toi de voir si tu es capable de rallumer mon feu.

Les mains légèrement tremblantes, je pris la flamme entre mes mains.
 
-Je ferais et j'endurerai n'importe quoi pour y arriver, répondis-je déterminée, bien que des larmes avaient perlé aux coins de mes yeux.
-C'est déjà ça... Et pleure pas. T'es moche quand tu pleures.

Il se retourna, puis j'essuyai mes yeux, tout en gardant cette flamme. C'était mon signe d'espoir, tout n'était peut-être pas perdu...
 
Je le laissais tranquille, descendant les escaliers de la guilde pour déposer cette flamme minuscule dans une fiole. Je ne lâcherai rien, je ne sourcillerai pas, peu importe le nombre d'injures et de coups que je me prendrais, je n'abandonnerai pas. Ma vie n'avait un sens que s'il en faisait partie. Natsu était tout pour moi, même si j'avais la guilde. Sans lui, j'étais un corps sans âme, un c½ur sans vie. Je n'étais qu'une brindille dérivant sur le flot du temps, inutile, invisible. Il avait été le premier à m'aider, à me protéger, à m'aimer. C'était impossible que je ne me batte pas pour le récupérer !
 
C'est ainsi que durant les jours qui suivirent, je dus faire face à un Natsu que je n'avais jamais connu : froid, distant et cinglant. Les piques furent nombreuses, il se vengeait, j'imagine... Je lui rendais service, tout en évitant d'être envahissante, prenant sur moi.
 
On aurait pu me trouver pathétique, à vouloir tout faire pour essayer de réparer les choses, mais je l'aimais, je ne voyais pas ce que je pouvais faire d'autre.
 
Un soir, alors que je me dirigeai vers la maison de Natsu, un groupe de quatre mecs, visiblement d'une guilde concurrente, se baladait dans les rues de Magnolia. Je n'y avais même pas fait attention, jusqu'au moment où ils m'abordèrent. D'abord me draguant, je les ignorais simplement en continuant mon chemin. Mais lorsqu'ils remarquèrent ma marque de guilde sur mon épaule gauche, ils rirent et commencèrent à vouloir se battre. Je soupirais, et les mis rapidement à terre avec mon pouvoir maintenant parfaitement maîtrisé. Mais visiblement, il y en avait un plus résistant que les autres, puisqu'il se releva, et dans une attaque que j'avais esquivé de justesse, ma fiole que j'avais toujours sur moi vola.
 
D'un geste, oubliant le combat, je la rattrapai pour qu'elle ne se brise pas. Je pouvais recevoir le nombre de coups qu'ils voulaient, ça ne serait rien si elle venait à se briser. Je m'effondrai alors à terre, la fiole contre ma poitrine, ne pensant plus à rien à part la protéger. Au sol, ils en profitèrent pour m'asséner de nombreux coups de pieds, je n'avais plus la force de me relever, juste de faire bouclier avec mon corps sur ce minuscule espoir auquel tenait toute ma vie.
 
Un coup de trop me fit cracher du sang, et alors que je pensais m'évanouir de douleur, je crus halluciner ce que j'entendis. Sa voix. Je crus vraiment que Natsu était venu m'aider, mais c'était impossible, pas en ce moment. Pas alors qu'il ne m'aimait quasiment plus.
 
Et pourtant, ce fut bien son feu orangé, un feu que j'avais toujours trouvé si chaleureux et rassurant qui balaya mes agresseurs.
 
-N-Natsu... ? Mais qu'est-ce que tu fais là ? Articulai-je difficilement.
 
J'étais si pathétique. Jamais il ne retomberait amoureux de moi, c'était une évidence.
 
Mais ses yeux se posèrent sur ce que j'avais désespérément essayé de protéger au prix de mon corps. Ses prunelles onyx s'écarquillèrent en voyant la minuscule flamme, puis son regard dériva sur les bleus et les rougeurs dont était recouvert mon dos. J'essayais alors de me relever, mais il passa ses bras autour de moi pour me soulever. Je restais figée, ne comprenant pas son geste. Il prit alors le chemin de sa maison, avant de m'adresser la parole.
 
-Pourquoi t'as fait ça, idiote ? Demanda-t-il le ton grave.
-Tu es sérieusement en train de me demander pourquoi j'ai protégé mon dernier espoir au péril de ma vie ? Et c'est moi que tu traites d'idiote, par-dessus le marché.

Je me mordis la lèvre inférieure encore une fois pour me contenir. A cause de la douleur, autant intérieure qu'extérieure, à cause de ses mots, à cause de son geste, l'envie de pleurer me submergeait. Et un seul homme était capable de me chambouler à ce point.
 
Ses mains se resserrèrent sur mes bras égratignés, bien qu'il n'avait rien répondu. Je tenais toujours la fiole contre moi, fermant les yeux. Je pouvais enfin ressentir un peu de sa chaleur en étant contre lui, mes larmes naissantes se dissipèrent en le sentant si proche.
 
A mi-chemin, j'entre-ouvris les yeux, pour finir par les écarquiller. C'était bien le chemin de sa maison, de notre maison si je pouvais encore l'appeler comme ça. Une petite demeure au mur sable et en pierres blanches, surmontée d'un toit rouge. Je cherchais alors le panneau annonçant la demeure.

 

Des souvenirs refirent surface. On s'était décidé à le faire peu avant mon départ brutal, durant l'une de ces nombreuses journées ensoleillées où aucun nuage n'osaient tâcher le bleu du ciel. Nous avions gravés nos prénoms sur un morceau de bois avant de les peindre de la couleur du feu. "Natsu & Lassia". Ses rires, ses sourires... Cette journée s'était finie comme ça, comme de nombreuses autres, alors que nous avions fait une bataille de peinture. Nous étions si proches à ce moment-là, notre amour réciproque était si évident. Et pourtant. Quand bien même je savais qu'à ce moment-là, j'avais pensé à la vie de Natsu avant tout, le prix à payer était plus lourd que prévu.

 

Mais il ne fut pas là. A côté des dernières marches à monter pour rejoindre l'habitat entouré d'arbres et de verdure, il n'y était pas. Seul le trou où était censé se trouver le piquet en bois semblait faire tâche dans le décor. Mon c½ur se serra devant ce constat. N'avais-je donc aucune chance de me rattraper ?

 

C'est alors que je m'en rendis compte. L'herbe tout autour n'était pas aussi verdoyante qu'avant. Elle était terne, et à certains endroits, elle était même gelée. Quant aux arbres, arborant précédemment un magnifique feuillage vert où de nombreux oiseaux nichaient, nous réveillant en gazouillants le matin, ils n'étaient plus que troncs et ramures, dénudés jusqu'à la moindre petite feuille.

 

Je n'avais même pas fait attention à l'arrivée de l'hiver. Il faut dire que je n'avais jamais froid, et que ma tenue ne variait pas pour devenir plus chaude, étant aussi le cas pour le Dragon Slayer de feu. On ne ressentait pas un froid aussi minime que celui de Fiore. 

 

Il avait donc passé le festival de mi-saison seul, alors que de nombreux couples y allaient ensemble. J'étais déchirée entre m'en vouloir plus que tout, et le désir de lui faire comprendre mes actes. Car je l'avais fait souffrir à un point inimaginable, malgré que je restais persuadée que c'était justifié. Mais faire souffrir la personne qu'on aime le plus au monde était un sentiment incroyablement destructeur...

 

Il jeta un ½il vers l'ancien emplacement du panonceau, et soupira en serrant un peu ses mains. Mais ne prononça pas un mot.

 

Il passa la porte en bois sombre. Je levais la tête. Et mon c½ur se serra de plus belle. Je me souvenais parfaitement des moindres détails de cette maison, et la décoration surmontant l'encadrement, qui était en réalité plus un souvenir de notre plus importante mission réussie, n'était plus là. 

 

Je m'attendais alors à retrouver l'habituel bazar qu'était l'intérieur de l'habitation, mais ça, ça avait changé. Avant, de la nourriture, des vêtements, ses haltères et autres objets divers jonchaient le sol régulièrement. Ce n'était pas faute de ranger, bien qu'il détestait ça, mais Natsu était une telle tornade que ça redevenait vite le chantier. Oui, était.

 

Il m'allongea donc sur son canapé contre le mur du fond, tandis que je le regardais, mais je ne parvenais pas à capter son regard pour essayer de comprendre à quoi il pensait.
 
-Tourne-toi, m'ordonna-t-il d'une voix plus douce qu'avant.
-C'est rien Natsu, je vais bi--
-Ne discute pas.

Il avait retrouvé ce ton autoritaire en allant dans la salle de bain. Je ne comprenais pas pourquoi il tenait tant à me soigner... Il devait s'en foutre de moi, ou alors il avait pitié. Oui, ça devait être ça. Ça ne pouvait être que ça.
 
Je posais la fiole que je ne regardai même pas, perdue dans mes pensées, avant de m'allonger sur le ventre comme il me l'avait demandé. Il revint avec la boîte à pharmacie et des bandages.
 
-Depuis quand tu connais les gestes de soins ? L'interrogeai-je en regardant ce qu'il avait dans les mains.
-Depuis que tu m'as abandonné pendant six mois, répondit-il froidement en se mettant à genoux pour se mettre à la hauteur de mon dos.
 
Il releva doucement mon haut et commença à me soigner, le regard sérieux.
 
Ce fut un moment étrange et silencieux, j'avais l'impression d'être proche et loin de lui en même temps. Je serrais les poings, tournant la tête sur le côté. Le contact de ses mains sur ma peau m'avait tellement manqué, bien que ce soit juste pour me soigner.
 
Après un moment, je l'entendis soupirer, très longuement, juste après qu'il eut rabaissé le tissu une fois les soins terminés.
 
-Je te jure... Murmura-t-il, me faisant le regarder de nouveau.
 
Il se releva, la tête baissée, les yeux cachés par ses cheveux roses. Je fis de même, m'attendant à encaisser encore un reproche, même si je le sentais différent.
 
-Est-ce que tu te rends compte de ce que tu m'as fait, abrutie ?
-Oui, je sais... Répondis-je en baissant la tête à mon tour.
-Non, tu ne te rends pas compte.

Je relevais la tête, surprise.
 
-T'es consciente que tu m'as détruit intérieurement, que je ne serais plus jamais celui que t'as connu ? Bordel de merde... Pourquoi t'es partie comme ça, pourquoi t'as pas eu confiance en toi et pourquoi t'as pas eu confiance en nous, POURQUOI ?! Au lieu de te barrer, on aurait pu t'aider s'il t'avait juste fallu un entraînement !

 

-Même si c'était une erreur... Je t'aimais tellement, et encore maintenant, que je ne voulais pas prendre le moindre risque. La simple idée d'être capable de te faire du mal me répugnait et m'effrayait à un point que tu ne peux pas imaginer, répondis-je sérieusement serrant les poings et en fermant les yeux. C'était un travail à faire sur moi-même, et ta présence était un risque. J'ai eu une détermination de fer à réussir à me contrôler entièrement, pour être capable de te regarder en face, pour pouvoir te montrer une fille forte devant toi, une fille bien meilleure qu'avant sur beaucoup de points. Une fille capable, je l'espère, de simplement arriver à te rendre de nouveau heureux, et de te protéger cette fois, Natsu, repris-je, finissant par trembler légèrement. Le nombre de fois où je t'ai vu mourir dans mon sommeil était incalculable tellement cette idée m'obsédait.

-Tu crois vraiment qu'on peut me tuer si facilement ? Pesta-t-il sans tenir compte de mes précédentes paroles.
 
-Je sais que tu es fort, je le sais peut-être mieux que quiconque. Mais essaye de te mettre une seconde à ma place... Tu crois que je n'ai pas souffert ? Ça m'a détruite, mais je pensais que ce n'était pas important si ça te protégeait de mes gènes, de moi! Si tu arrivais à être heureux avec une autre fille! Je voulais juste que tu vives et heureux, c'était un crime ou quoi ?! M'emportai-je en le regardant dans les yeux, des larmes ayant perlé sur mes joues.
 
-Si tu savais à quel point je te déteste...

Il rangea les affaires de soin le regard vague. Devant sa non-réaction, je sentis le désespoir l'emporter sur ma raison. Je lui saisis le poignet, le forçant à se mettre devant moi.
 
-Si tu me hais au point de ne même plus vouloir me regarder... Si tu me hais, je ne peux plus rien faire. Je veux bien vivre en subissant ta colère chaque jour, je veux bien tout accepter... Seulement, vivre sans toi, je ne pourrais pas appeler ça vivre. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour toi, en ayant qu'une seule et unique chose en tête, toi, toi, et rien que toi. Ma vie se résume à toi, alors si la pathétique humaine que je suis n'a même plus droit à un seul regard de l'unique homme que j'aime, je préfère encore en finir.

Je lui mis mon arme dans les mains, le regard déterminé.
 
-Tues-moi, si tu me hais. Si tu n'accordes plus la moindre importance à ma vie, qu'elle ne vaut rien, alors achève-la sur le champ. J'aurais préféré mourir pour te protéger, mais visiblement, à chaque fois que j'essaye, je n'y arrive pas. Alors autant me tuer.

Il garda un regard sombre, et serra la poignée de mon katana. Je fermai les yeux, m'attendant à ce que j'avais énoncé. Si je pouvais mourir de sa main, même si j'avais fait tout ça pour rien, si j'avais souffert en vain, si je l'avais fait souffrir en vain, ça m'irait. Oui ça m'irait.
 
Mais j'entendis un bruit sourd, qui me fit rouvrir les yeux. La seconde d'après, il m'enlaça de toutes ses forces contre lui.
 
-Ne redis plus jamais une chose pareille. Ne redis plus jamais que la vie de la femme que j'aime ne vaut rien. J'ai cru que j'allais mourir sans toi. Je ne savais même plus si espérer était concevable. Te haïr ou continuer à t'aimer, ma tête et mon c½ur me dictaient deux choses complètement contradictoires. J'ai écouté ma raison jusqu'ici, croyant que ça me ferait moins souffrir. Et j'ai réussi à vivre, si on peut appeler ça comme ça. J'ai tellement essayé de t'oublier, si tu savais... Lorsque je suis revenu à la guilde ce jour-là, je me souviendrais toujours de l'expression qu'il avait. Cet air si grave, et cette incapacité à me regarder lorsque j'ai demandé à Grey où tu étais. Quand il m'a dit que tu étais partie, incapable de me dire où et si tu reviendrais, j'ai été détruit. J'étais brisé, choqué. Je me sentais abandonné et trahi. Et si seul... Quand je suis revenu à la maison, peu importe où je posais les yeux, tu étais là. Alors j'ai pété les plombs, j'ai arraché le piquet et la décoration de l'île Tenro. J'ai fait le vide, en essayant de ne pas réfléchir. Et j'ai vraiment voulu brûler toutes tes affaires, tout ce qui nous liait. Mais j'en ai été incapable. 

 

Il se stoppa, soupirant. Ses larmes s'étaient enchaînées sur son visage pendant qu'il parlait, bien que je ne les voyais pas. Je les sentais sur mon épaule gauche. Et je n'étais pas mieux. Je serrais à mon tour l'homme de ma vie contre moi, sachant pertinemment que faire pleurer le célèbre chasseur de dragon de feu n'était pas une chose facile.

 

-Les mois sont passés, et je n'arrivais pas à retrouver un vrai sourire. Car les rares fois où mon esprit ne pensait pas à toi, les souvenirs où nous sourions ensemble refaisaient surface. J'ai tant rêvé de ce jour où je pourrais te ressentir contre moi comme ça. Ressentir ta chaleur dont j'ai tant besoin. Un mage de feu n'est pas censé ressentir le froid, mais sans toi, je me sentais gelé de l'intérieur. Comme une coquille vide. C'est pour tout ça que j'ai préféré me persuader que je te haïssaisMais je dois reconnaître que tu en as bavé aussi... Je t'ai fait subir ma colère, alors que ton but était légitime. Même si tes manières l'étaient moins. Je ne peux plus t'en vouloir... Ou plutôt je ne veux plus, finit-il la gorge serrée d'émotion.
-Je m'en veux tellement de t'avoir fait souffrir. Je suis si désolée, si tu savais. Je... Je...
-Ne me laisse plus jamais seul. J'ai besoin de toi, espèce d'idiote, déclara-t-il en me serrant encore plus fort dans ses bras.

 

Je n'arrivais même plus à parler tellement le flot des larmes était intense, je me laissais submergée par l'émotion. Je ne fus capable que d'acquiescer en l'étreignant un peu plus à mon tour. Puis il m'embrassa, soudainement, mais tendrement. Sa chaleur, ses lèvres... Natsu... Ce n'était peut-être plus le même, par ma faute, mais tant que c'était lui, j'étais heureuse. Il entrelaça ses doigts aux miens avant de me caresser la joue droite, collant son front au mien. Il attendit que nos larmes s'arrêtent avant de sourire.
 
-Partir comme ça... Un jour avant ma demande en mariage, tu as vraiment un timing de merde.

J'écarquillai les yeux. Avant toute cette histoire, nous étions ensemble depuis un peu plus d'un an. Nous n'en avions parlé qu'en plaisantant, jamais je n'avais imaginé Natsu Dragnir, le rose si déganté et frivole de Fairy Tail en temps normal, me demanderait en mariage. Jamais cette idée ne m'avait effleuré l'esprit, si bien que j'en étais restée sans voix.
 
Il se recula un peu de moi, et sortit un écrin rouge orangé.
 
-Alors, t'en pense quoi ? Tu crois que moi, marié, c'est crédible ? Ria-t-il en ouvrant la boîte, dévoilant une bague dorée ornée d'un rubis.
-Et moi donc, souriais-je en l'embrassant doucement tout en essuyant ses larmes.
 
Il fit de même sur mes joues en répondant au baiser, puis je m'éloignais. Il prit la bague avant de l'enfiler sur mon annulaire gauche.
 
-Je t'aime, Natsu Dragnir, fis-je en lâchant une dernière larme sous le coup de l'émotion.
-Je t'aime aussi, Lassia... Dragnir, fit-il en souriant comme un idiot.
 
Ce sourire que je ne pensais plus jamais retrouver, il me l'adressait de nouveau. A moi, celle qui l'avait fait souffrir comme jamais. Dans ses bras, je vis mon arme au sol. Puis la fiole.
 
Je le fis s'asseoir sur le canapé, puis pris la flasque de verre, empli de feu orangé maintenant.
 
-Je ne pensais pas que tu la garderais, m'avoua-t-il les joues un peu roses, visiblement embarrassé.
 
J'eus un sourire en coin puis pris place à côté de lui.
 
-J'aurais été folle de ne rien en faire. Tu m'as fait subir la même chose que toi, au final. Attendre et espérer, ou abandonner. Mais quand je regardais cette infime flammèche, et que je sentais mon c½ur véritablement battre en me rappelant tout ce que nous avions vécu, j'étais incapable d'abandonner. Pour ce dernier espoir, pour une dernière chance. Pour un dernier éclat, en somme, souriais-je en le regardant.
 
Il me prit doucement la main, regardant à son tour la vive flamme symbolique de ses sentiments.
 
-Mais maintenant, c'est bien plus que ça, déclara-t-il avant de déposer un dernier baiser sur mes lèvres.

 

Pour un dernier éclat
Alors ce concernant ce petit OS (il fait à peine 5 pages XD), j'ai repris une scène qui s'était passée dans un de mes RPs, même si j'ai modifié quelques petites choses. Je ne pensais pas qu'un jour j'écrirais sur Fairy Tail aussi, pas que j'aime pas ce manga (je regarde tout les samedis le nouvel épisode qui sort) mais c'est simplement que les couples sont si prédéfinis que caser un Oc dedans me parait super difficile (et que je n'écris que comme ça) ! Même si là j'ai réussi, fufu~
Je ne demande que des commentaires constructifs! Késako?

 

Cet écrit t'a plu? N'hésite pas à laisser ton avis sur ces répertoires ! 
 Répertoire 

 

Pour un dernier éclat
 

Tags : Fairy Tail

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.91.58) if someone makes a complaint.

Comments :

  • RepertoryOfCherry

    10/06/2017

    Bonjour je passe aussi pour vérifier si tu es toujours présente car je fais un tri des fiches toujours d'actualité ou non.

    Si tu n'as pas encore fait ta présentation d'auteur voici le modèle à reprendre : Depuis quand écris-tu ? Pourquoi cette envie d'écrire ? D'où te viens l'inspiration ? Un petit mot à ajouter?

    Enfin, je demande de poster sur ta fiche les liens de tous les répertoires où tu es inscris (le lien de ta fiche), cela me permettra de partager mes avis avec eux.

    Si ces deux demandes ne sont pas respectées d'ici début juillet, je mettrai secret ta fiche qui sera " en attente" de ce que j'ai demandé. Il faudra poster un commentaire pour récupérer celle-ci.

    Je te remercie d'avance et te souhaite une bonne journée.

    Cherry

  • Les-ecrits-de-Lassia

    16/12/2016

    Poesies13 wrote: "voici le prochain long texte que je me ferais ^^"

    long long... c'est un ptit OS x')

  • Poesies13

    16/12/2016

    voici le prochain long texte que je me ferais ^^

  • Mangas-Girl-Concours

    19/10/2016

    De rien. ^^

  • Les-ecrits-de-Lassia

    18/10/2016

    Mangas-Girl-Concours wrote: "C'est trop beau! J'adore! Mais un Natsu froid avec ses amis, ça ne va pas, ça ne va pas du tout! Mais ils se sont réconciliés a la fin, donc je te pardonne. Par contre, c'est vrai que Lassia a un timing de merde, un jour avant la demande en mariage de Natsu, il faut le faire! C'est vrai que pour protéger la personne que l'on aime, on est prêt a tout, mais pas a l'abandonner, tout de même! Par contre, ce que j'ai le plus adorée, c'est qu'elle s'accroche a la flamme qui correspond a l'amour que lui porte Natsu. C'est magnifique."

    ahah oui je l'ai bien marqué qu'il OOC x')
    ahah vui toujours. #missincapabledefairedesbadends
    héhé oui elle a pas de chance, sinon ça se saurait xD
    ouais mais elle avait trop peur de le blesser D':
    mercii :'3

  • Mangas-Girl-Concours

    16/10/2016

    C'est trop beau! J'adore! Mais un Natsu froid avec ses amis, ça ne va pas, ça ne va pas du tout! Mais ils se sont réconciliés a la fin, donc je te pardonne. Par contre, c'est vrai que Lassia a un timing de merde, un jour avant la demande en mariage de Natsu, il faut le faire! C'est vrai que pour protéger la personne que l'on aime, on est prêt a tout, mais pas a l'abandonner, tout de même! Par contre, ce que j'ai le plus adorée, c'est qu'elle s'accroche a la flamme qui correspond a l'amour que lui porte Natsu. C'est magnifique.

  • RepertoryOfCherry

    13/04/2016

    Encore un ^^

    http://repertoryofcherry.skyrock.com/3273663416-OS-n-118-Les-ecrits-de-Lassia.html

  • Whatthe-story

    11/01/2016

    Hello! :) Un petit cupcake t'annonce que ton article est en ligne:
    http://whatthe-story.skyrock.com/3228794765-Pour-un-dernier-eclat.html
    Il te remercie pour ton inscription, n'oublie pas de faire un lien vers mon blog et de me prévenir des nouveautés sur ton article.
    Tu peux aussi, si l'envie t'en dit, mettre une de ces babioles sur ton blog:
    http://www.hostingpics.net/album/infinityonSnake-239037.html
    Bonne continuation.

    #infinityonSnake

  • Les-ecrits-de-Lassia

    24/11/2015

    Naruto-Nirwana wrote: "Non, pas forcément, les deux sont biens. Celle-ci est d'un romantisme magnifique tandis que l'autre laisse le lecteur faire preuve d'imagination. ^^"

    merciiii °^°

  • Naruto-Nirwana

    24/11/2015

    Non, pas forcément, les deux sont biens. Celle-ci est d'un romantisme magnifique tandis que l'autre laisse le lecteur faire preuve d'imagination. ^^

Report abuse