Comme si tu m'aimais

OS corrigé après avis de ma BL :3

 


                                                                                                                          Si vous ne connaissez pas le manga, lisez ça d'abord.
Comme si tu m'aimais

Avant-propos : Je tiens tout d'abord à m'excuser pour mon absence d'écrits mais je bosse sur un projet sur One Piece pour
Je reviens alimenter le blog avec ce long OS (vous savez qu'écrire des OS de taille raisonnable est très compliqué pour moi :meurs: ), mais bref ! l'instant !
J'ai eu une pulsion, et j'avoue, j'avoue, MIKOTO ME MANQUAIT BORDEL. Même si il peut être considéré en OOC, j'sais pô.

C'est loin d'être l'un de mes meilleurs écrits, j'assume totalement le fait que c'est un OS impulsif et non très recherché. Donc ne vous attendez pas à une qualité de dingue, sorry.
Je me doute que les éléments s'enchaînent trop vite, que je n'ai quasiment pas fait de descriptions, I know ça pue la merde, mais j'avais quand même envie de le poster, j'espère ne pas trop vous défoncer la rétine !

Enfin, je vous préviendrais juste qu'ici se trouve mon TOUT PREMIER LEMON. Sisi Lassia a réussi je vous jure no joke. Mais ça veut pas dire que j'en écrirais à chaque fois, loin de là.
                                                                                                 Bref, enjoy !

 

Musique d'ambiance (Je ne suis pas tout à fait d'accord avec la trad, mais l'important est là. Et oui, Red m'inspire beaucoup pour du K Project)

Mikoto Suoh avait toujours eu tout ce qu'il voulait. Pouvoir, argent, femmes... A la tête d'un des plus puissants clans de Tokyo, le clan des rouges, le Roi Ecarlate trouvait parfois sa vie... ennuyeuse.
 
24 ans, 1m85, svelte, quoi qu'un peu musclé, des cheveux carmins et des yeux d'ambre. Oui, Mikoto Suoh avait un physique avantageux. Mais il restait néanmoins calme, voire impassible.
 
L'amour, il ne connaissait pas. Jusque-là, il n'avait jamais couché que pour assouvir ses besoins primitifs. Et puis, pourquoi se fatiguer à aimer pour coucher, alors qu'il n'avait même pas besoin de dire quoi que ce soit pour avoir une femme dans son lit ?
 
Mais ça le pesait, même s'il ne laissait rien paraître. Bien qu'à un moment, cette situation l'avait amusé, plus jeune, plus con. Finalement, il avait réalisé qu'aucune femme ne le voyait tel qu'il était. Car le roi rouge était loin d'être méchant, il était même un peu trop gentil. C'est pour ça qu'il ne refusait pas à qui voulait être dans son lit, puisqu'elles ne demandaient que ça.
 
Aucune femme n'avait réussi à impacter sa vie. Dans tous les sens du terme. C'était toujours pareil, elles le couvraient de compliments, sur son clan, sur son corps. Bien que lui n'en avait jamais trouvé une seule vraiment attirante, ou flattant sa rétine. Elles étaient toutes si ordinaires... Bien qu'il ait dû voir défiler toutes les origines, toutes les carnations, toutes les apparences possibles, des formes les plus avantageuses aux canons typiques de beauté. Mais aucune ne suscitait son intérêt. Pourtant, il n'était pas gay.
 
Mais un jour, il se réveilla dans son grand lit d'hôtel de luxe, fixant le plafond immaculé. Nu, et seul. Sa conquête ayant débarrassée le plancher dans la nuit. Une chaîne en argent attachée autour de son cou, il posa une main sur l'un de ses yeux. Pensant.
 
Lorsqu'il sortait comme ça, profitant de la compagnie d'une femme, et qu'il croisait des couples, il ne pouvait s'empêcher de se demander... Comment cela serait, si pour lui aussi, quelqu'un prenait la peine de le voir lui, au-delà de son titre, au-delà des apparences.
 
Mais à chaque fois, ne voulant pas être en proie à cette solitude que les couples lui rappelaient, il s'accrochait. Désespérément à cette énième femme dont il se rappelait à peine le nom. Rêvant peut-être, qu'un court instant, lui aussi, avait le droit d'être vraiment compris. Se laissant berner encore, comme toujours. Comme à chaque fois.
 
Flirter, provoquer, pour finir à l'hôtel. S'embrasser, se consumer. Faire l'amour comme s'il y avait quelque chose de plus entre ces deux êtres humains qu'une simple affaire de cul.
 
Mais le tout restait toujours... Fade, et brutal. Sans aucun sens.
 
Malgré tous ses efforts, il savait que c'était vain. Il le savait, mais il continuait de jouer le jeu. Pourtant, la solitude ne le rongeait jamais autant que lorsqu'il se réveillait, seul, dans un grand lit comme celui-ci.
 
Enfin, le rouge se leva pour se rhabiller et partir. Enfilant son t-shirt blanc et son boxer, son téléphone sonna. Izumo l'appelait en effet pour le prévenir qu'une potentielle nouvelle recrue s'était présentée au bar. C'était le défilé en ce moment, puisque le HOMRA gagnait de plus en plus en popularité, fatalement, le clan aussi. Il tenait à accepter ou non lui-même quiconque voulait intégrer son clan, donc à voir la personne en face. A la jauger, la juger. Et la plupart du temps, ils ne tenaient pas une seconde devant le regard perçant du rouge.
 
Le roi se dépêcha de lui confirmer qu'il ne tardait pas à arriver, avant de raccrocher pour finir de s'habiller grâce à son jean noir et ses chaussures. Il fit un rapide passage dans la salle de bain pour se rincer le visage. Lorsqu'il se regarda dans le miroir, il ne pouvait s'empêcher d'y voir une coquille vide. Ses yeux d'ambre n'exprimaient rien. Soupirant, il passa une main dans ses cheveux courts et en bataille, seules deux fines mèches rebelles tombant devant son visage.
 
Il attrapa son blouson et sortit de la chambre. Ayant payé d'avance, il pouvait partir sans retard. Combien d'argent avait-il claqué dans des restos chics et suites luxueuses ? Il ne savait pas.
 
Et ça le démoralisait d'être aussi con à chaque putain de fois.
 
Une vingtaine de minutes s'écoula après avoir appelé un taxi, sillonnant les rues de la capitale. Le rouge fixa les gratte-ciels s'élever dans les airs, perdu dans ses pensées. Il y avait tellement de monde dans les rues... Comment pouvait-il se sentir si seul ?
 
La voiture s'arrêta, le rappelant à la réalité. La façade du bar anglais était visible à travers la vitre. Mikoto rejoignit son ami qui était derrière le comptoir. Izumo Kusanagi, un grand blond aux yeux noisette portant des lunettes de soleil et un foulard autour du cou. Un style très chic avec une chemise blanche, une veste noire et un jean simple.
 
« -Alors, elle est où cette nouvelle recrue ? Soupira le roi alors que le blond venait de poser sa boisson habituelle devant lui.
 
-Hm, je pense qu'elle ne devrait plus tarder à se manifester...
 
Et pour ainsi dire, il n'eut que le temps de se retourner et brandir son avant-bras droit pour écarter la lame qui lui avait égratigné la joue.
 
Il en resta figé, chose rarissime pour le rouge.
 
Une jeune femme, qui devait faire une tête de moins que lui, de longs cheveux blancs et des yeux magenta. Voilà ce qui avait capté l'attention du roi. Et c'était bien la première fois que ça lui arrivait.
 
Il se reprit, essuyant le peu de sang qui avait coulé suite à la man½uvre de la blanche.
 
-Je suis rassurée de voir que ta réputation n'est pas infondée, Mikoto. Même si tu aurais pu être un peu plus réactif.
 
Tant de franchise et de familiarité l'épatait. Jamais une femme ne lui avait parlé ainsi. Il jeta un ½il à Izumo qui lui affichait un sourire amusé.
 
-Oui, c'est bien d'elle dont je te parlais. Intéressant n'est-ce pas ?
 
Il le connaissait par c½ur. Elle le troublait. Et en effet, Mikoto trouvait tout intéressant en elle. Pourtant, on était loin des canons de beauté qu'il avait connu.
 
La jeune femme rangea sa lame, tout en remettant une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Ce geste ramena le regard du rouge sur la concernée. Certes, elle n'était pas très féminine, mais son jean noir troué aux genoux et son haut dévoilant une de ses épaules, ainsi que son collier qui n'était autre qu'une bande de velours noir lui allaient terriblement bien.
 
-Réussir à faire buguer Mikoto à ce point, c'est une première Lassia-chan !
 
-Je n'ai pourtant rien fait d'extraordinaire.
 
Le concerné se reprit, ne s'étant pas rendu compte de son mutisme prolongé.
 
-Alors comme ça, tu voudrais que je te laisse intégrer mon clan, alors que tu viens de tenter de me tuer ?
 
C'est vrai que c'était étrange. D'habitude, on lui faisait des cadeaux, ou on lui donnait de l'argent. C'était peu commun qu'on l'agresse ainsi.
 
-Il faut bien que je sache ce que mon éventuel chef vaut, répondit-elle sans se démonter en plantant ses yeux dans les siens.
 
Mikoto profita de ce contact visuel pour faire son habituel test. Son regard impressionnait la plupart du temps, et ceux qu'ils regardaient droit dans les yeux finissaient par vite les baisser. Mais comme il le pensa, ce ne fut pas son cas.
 
Elle était définitivement spéciale.
 
-Bien, fit-il en fermant ses paupières, un léger rictus étant apparu au coin de ses lèvres. T'es prise.
 
Elle écarquilla les yeux une seconde, n'y croyant pas.
 
-Quoi, c'est tout ? Demanda-t-elle surprise.
 
-Mikoto a toujours su jaugé quelqu'un en le regardant dans les yeux. Jusqu'ici, il ne s'est jamais trompé.
 
Il profita de l'intervention d'Izumo pour boire quelques gorgées de sa boisson alcoolisée. Cependant, il reprit rapidement le contrôle de la conversation, et ainsi l'attention de la blanche. Comme s'il voulait qu'elle le regarde.
 
-Mais j'espère que tu sais ce que ça implique d'être dans mon clan. Pourquoi tiens-tu à le rejoindre d'ailleurs ?
 
-Pour devenir plus forte. Devenir assez forte... Pour ne plus jamais rien regretter.
 
Son regard s'était baissé, et Mikoto fronça légèrement les sourcils. Il était évident que la jeune femme avait du vécu. Elle n'était pas comme ses femmes superficielles dont il n'avait que faire.
 
-Mon pouvoir te rendra aussi puissante que tu le désires. »
 
La blanche le regarda, une expression beaucoup plus douce au visage. Elle acquiesça, promettant de faire tout son possible pour servir le clan.
 
Ce fut après cette intégration peu banale que Lassia fit vraiment partie du clan. On lui apposa la marque du HOMRA, et Mikoto lui apprit lui-même à se servir de son pouvoir. Et elle avait un énorme potentiel. Comme si depuis toujours, son pouvoir attendait quelqu'un comme elle.
 
Sans qu'il ne s'en rende compte, Lassia avait comblé cette solitude qui l'accablait un peu plus chaque jour. Sa présence faisait un bien fou au clan, et Anna était on ne peut plus ravie qu'une seconde fille intègre le groupe.
Mikoto ne sortait plus autant qu'avant. Ses rencontres avec d'autres femmes étaient de plus en plus espacées car il n'arrivait jamais à penser à autre chose qu'à l'entrainement de la blanche, ou à elle tout simplement. Et même lorsqu'il essayait, jamais son esprit ne fuyait longtemps ce sujet qui semblait l'accaparer tout entier.


La preuve fut lorsqu'il pensait finir une énième fois au lit avec une femme quelconque. Une fois dans la chambre, la femme lui sauta au cou et lui arracha presque son t-shirt en l'embrassant sans qu'il ne puisse réagir. Rien, il n'y avait rien en lui qui désirait cette femme. Cependant, alors qu'il allait la pousser sur le lit, comme elles aimaient qu'il le fasse d'habitude avant l'acte, le visage de la blanche lui revint soudainement en mémoire. 


Son sourire, son air lorsqu'elle combattait, sa manière de remettre sa mèche rebelle derrière son oreille. 


Il resta debout, comme vidé de toute volonté. Alors que la femme à moitié nue se redressa en l'interpellant, il l'envoya bouler lorsqu'elle allait le toucher.


Ramassant son t-shirt et sa veste, il claqua la porte de la chambre. Pourquoi n'y arrivait-il plus? Ses pensées étaient toutes tournées vers cette fille. Même lorsqu'il se concentrait sur autre chose, son visage finissait toujours par revenir.


Mais ce que Mikoto ne savait pas, c'est que ce soir-là, Lassia l'avait vu partir. Inquiète, elle n'avait pas osé le déranger, mais son téléphone resta dans sa main durant un long moment. Puis elle finit par craquer, et elle composa son numéro.


Le téléphone du roi sonna lorsqu'il sortit de l'hôtel, et décrocha directement, pensant que c'était Izumo, puisqu'il était le seul à oser l'appeler aussi tard.


«-Ouais, quoi? fit-il avec amertume, énervé de ne pas comprendre ce qu'il lui arrivait.


Un silence  à l'autre bout du fils se fit entendre. Trouvant ça étrange, il éloigna l'appareil de son oreille et regarda enfin le nom affiché sur l'écran. Il se figea en voyant son prénom, il sentait qu'il avait profondément merdé, mais ne su encore une fois expliqué pourquoi.


-Je...


A l'entente de ce simple mot prononcé de sa voix hésitante, Mikoto remit le téléphone correctement et reprit.


-Désolé, j'étais agacé. Y'a un problème ? Tu m'appelles jamais d'habitude.


Des excuses, une sincère inquiétude. Mais que lui avait-elle fait pour qu'il change à ce point? Pourquoi elle, et pas une autre?


-Non, tout va bien... Je voulais te proposer de boire un verre au HOMRA, ça fait longtemps qu'on s'est pas parlés comme ça, hors entraînement. 


C'est vrai que dernièrement, le roi avait été bien occupé, se libérant tout de même une heure par jour pour l'entraînement de la blanche. Mais cette proposition l'étonnait tout de même de sa part, bien qu'elle lui faisait incroyablement plaisir.


-Mais quand je t'ai vu sortir, je pensais que ça ne servait à rien de te le proposer, que tu avais mieux à faire ailleurs et que je te dérangerais...


Oui, c'est vrai qu'en temps normal, et si ce n'était pas elle, il aurait décliné. Mais après ce qu'il s'était passé, il ne voulait que rentrer. Et puis son ton triste, il ne le supportait plus.


-Lassia.
-O-Oui? Fit-elle hésitante devant l'affirmation de son prénom.
-J'arrive, et tu ne me dérangeras jamais.


Un léger silence du à la surprise de sa déclaration eut lieu. Puis, il entendit le souffle typique de lorsqu'on sourit.


-D'accord, à toute à l'heure.
-A toute à l'heure.»


Et elle raccrocha quelques secondes après. Il avait réussi à la faire sourire, et lui-même souriait à l'heure actuelle. Il n'avait jamais eu de relation de ce genre, et se demandait vraiment pourquoi ça lui arrivait maintenant. Alors il prit la décision de ne plus aller voir de filles tant qu'il n'aurait pas compris le comment du pourquoi.

C'est vrai qu'une véritable complicité été née entre eux au fil des mois. Sa décision lui faisait un bien fou, car Lassia avait amené un véritable vent de fraîcheur avec elle. En effet, la seule chose qui préoccupait l'esprit du roi était l'entraînement de la blanche, et non plus de sombres pensées. Bien qu'elle maîtrisait déjà le pouvoir des rouges à la perfection, elle insistait pour avoir un combat amical chaque jour. Et lui était loin de pouvoir lui refuser.
 
Cette présence qu'elle lui apportait, il ne voulait pour rien au monde qu'on lui prenne. Alors le jour où il la vit se blesser bêtement lors de leur entraînement quotidien, il fut pris d'un drôle de sentiment qui ne l'avait encore jamais habité. Après le soulagement de savoir que sa blessure était superficielle, il la rejoignit dans la cour pour lui parler seul à seul.
 
« -Lassia, qu'est-ce qui se passe ? J'ai bien vu que tu n'étais pas dans ton état normal, sinon tu ne te serais jamais blessée comme ça !
 
Oui, il ne pouvait pas s'empêcher d'hausser le ton, malgré lui. Il ne voulait pas l'intimidé, loin de là. Mais l'inquiétude était si intense que c'était plus fort que lui.
 
-Ça ne te regarde pas.
 
Il s'approcha, insatisfait de cette réponse. Son geste eut pour effet de faire reculer la jeune femme contre le mur le plus proche. Le roi posa ensuite ses paumes de chaque côté de la tête de la blanche, la forçant à le regarder.
 
-Tu es un membre on ne peut plus précieux, tu sais. Si quelque chose te préoccupe au point de te mettre dans un état pareil, je veux le savoir, pour t'aider. Si je peux faire quoi que ce soit pour toi, je n'hésiterais pas une seule seconde, Lassia.
 
Elle avait cherché une quelconque trace de mensonge dans ses yeux, et n'en voyant aucune, sa tête se baissa. Ne pouvant lui cacher plus longtemps, ses prunelles s'embrumèrent.
 
-Je suis une ancienne Jungle, Mikoto.
 
Il resta figé devant cette révélation soudaine. La Jungle, autrement dit le clan vert, dirigé par le pire ennemi commun au HOMRA et au Sceptre 4, le clan bleu.
 
-Je me fous de tes antécédents... Chercha-t-il à la rassurer, déstabilisé par son état.
 
-Je sais... Mais... Si je suis partie de la Jungle, c'est à cause de...
 
Sa gorge se faisait de plus en plus serrée. Mikoto, ne comprenant pas, posa doucement ses mains sur les épaules de la jeune femme qui commençait à être prise de soubresauts. Et lui, le c½ur lourd de la voir dans cet état, alors que malgré tous les combats qu'ils avaient menés, elle n'avait jamais montré un seul signe de faiblesse, regrettait d'avoir tant insisté. Mais sa déclaration prouvait que c'était grave, et qu'il devait savoir. Et Lassia pensait la même chose.
 
-Mishakuji Yukari. Il... C'est lui qui nous a appris le maniement du sabre... Mais le mode de vie de la Jungle était si oppressant que je ne le supportais plus... C'est pour ça qu'il... Qu'il...
 
Mikoto n'avait pas pu s'empêcher de réagir. Qui était-ce « il » dont elle parlait ? Ce « nous »... Mais il n'eut pas le temps de s'interroger plus.
 
-Mon frère a été le défier, disant que s'il gagnait, je serais libre de partir. Mais j'étais l'un de leur meilleur élément au sabre... Alors il était hors de question qu'il me laisse partir si facilement... Alors... Mon frère... Il a... A cause de moi...
 
Les larmes que la jeune femme s'efforçait d'essuyer furent maintenant trop nombreuses pour stopper leur chute. Et lorsque le roi le vit, il la cala dans ses bras.
 
-J'ai compris, n'en dit pas plus.
 
Mushakuji était bien connu pour sa cruauté envers ceux qu'il considérait comme faibles. Mais aussi pour sa ténacité quand il jugeait quelqu'un de fort. Mikoto avait bien compris. Il avait tué son frère pour la sauvé de ce clan, et en l'apprenant, elle s'était enfuie.
 
« Je veux devenir assez forte pour ne plus avoir de regrets. »
 
C'étaient ses propres mots, qu'il pouvait enfin pleinement comprendre.
 
Là, dans ses bras, alors qu'il sentait ses larmes mouiller son t-shirt, il passa sa main le long de ses cheveux qu'il n'avait que de rares fois touché, pour la féliciter de ses progrès en posant sa main sur sa tête. Mais il ne pouvait s'empêcher de les trouver d'une douceur incroyable. Ce geste fait d'une main, alors que l'autre restait fermement enlacé autour de son dos, sembla la calmer en tout cas.
 
Il était d'ailleurs heureux qu'elle ne le repousse pas, et même, elle s'accrochait à lui, comme si elle avait peur qu'il ne parte.
 
-Je suis là, je suis là, murmura-t-il doucement pour l'apaiser. »
 
Il la resserra, ce qu'elle fit aussi. La sentir tout contre lui, sentir sa chaleur fit naître quelque chose qu'il ne comprit pas. Tout ce qu'il savait, c'est qu'au plus profond de lui, il était tiraillé entre l'état dans lequel était la blanche et le fait qu'il appréciait cette proximité. Voyant ce côté d'elle que sûrement peu avait vu, il ne put s'empêcher de se dire qu'elle avait l'air si fragile à cet instant, alors qu'habituellement, elle dégageait une assurance peu ordinaire. Elle était forte, c'était sûr. Mais elle était humaine, même elle pouvait pleurer. Mais tant que seul lui voyait ses larmes, il pourrait la protéger.
 
Voilà ce que pensait le rouge, à cet instant. Vouloir la protéger, de tout et de n'importe quoi.
 
 
 
Après de longues minutes, elle sembla se calmer un peu. Le relâchant, elle passa ses mains sur ses yeux pour les essuyer, s'excusant, un peu gênée. Quant à lui, il dut se résoudre à la libérer. Il lui proposa néanmoins d'aller à l'intérieur pour qu'elle se repose, ce qu'elle accepta volontiers.
 
Plus posément, elle lui réexpliqua tout, et Mikoto avait vu juste. Cependant, ce qu'il ne savait pas, c'était que Mushakaji avait osé lui faire des menaces, et que si elle ne lui revenait pas, il s'en prendrait au clan rouge, et à lui. Et visiblement, c'était ça qui semblait l'angoisser le plus. Mais le roi la rassura bien vite. La Jungle avait peut-être un nombre d'adhérents incroyable, grâce à leur système unique, mais leur force de frappe n'était pas si exceptionnelle. En effet, grâce à un site, on pouvait aisément s'inscrire et intégrer le clan vert. Il fallait ensuite battre des cibles désignées pour gagner des points et monter en grade. Mais peu était haut classé. Le seul véritable danger restait Mushakaji. Mais ça, il en faisait une affaire personnelle.
 
Le roi rouge avait vraisemblablement la plus grande puissance parmi tous les rois. Et il savait que le roi vert n'était pas forcément d'accord avec tous les agissements de l'ennemi. Donc ça ne lui semblait pas perdu d'avance.
 
La seule condition que lui imposa la blanche pour qu'elle accepte son aide fut leur coopération pour le neutraliser. Mikoto fut un peu surpris de cette exigence, mais combattre à ses côtés était loin d'être quelque chose de déplaisant.
 
Cependant, le roi rouge n'avait pas imaginé une seconde tout ce qui allait se déclencher chez la jeune femme suite à ça. Lors de la bataille, Mikoto eut du mal à refréner les pulsions meurtrières qui naissaient en voyant l'attitude de l'ennemi. Non seulement il l'avait fait énormément souffrir, mais il était pédant, sans parler qu'il prenait Lassia pour acquise. Et ça, il ne pouvait vraiment pas le supporter.
 
Alors que la blanche avait gagné son combat de pure escrime, Mikoto fit un premier pas vers lui. Les sbires étaient occupés par les membres du HOMRA, et les deux côtés de la grande rue dans laquelle se déroulait la bataille étaient encombrés par les multiples combats. Il n'avait aucune issue, et son épée était brisée.
 
Mikoto, le regard noir, les mains dans les poches de son jean, s'avança vers lui.
 
« -Tu fais moins le malin, hein... Elle t'a prouvé qu'elle n'avait plus rien à apprendre de toi, elle t'a surpassé, elle est plus forte que toi ! Alors maintenant, tu vas payer... Payer pour tout ce que tu lui as fait subir.
 
Sortant les mains de ses poches en les enflammant, sa dernière phrase fut encore plus glaciale que toutes les autres. Figé de stupeur, le roi rouge lui fonça droit dessus, le prenant à la gorge et l'explosant contre le mur du bâtiment le plus proche, le détruisant sous le choc.
 
Ses mots lui revenaient en mémoire, et chacun réveillait une plus forte envie de meurtre que le précédent.
 
« Elle m'appartient »
 
« C'est moi qui lui ai tout appris »
 
« Rendez-la moi gentiment, ou vous finirez comme lui... »
 
 
 
-Tu vas voir si elle t'appartient !
 
Ses poings s'enchaînèrent à une vitesse folle sur le visage de l'ennemi, jusqu'à l'intervention de la jeune femme. Le corps entier de Mikoto était recouvert de ses flammes écarlates, mais elles ne blessèrent pas la blanche.
 
-Arrête Mikoto ! Arrête...! Arrête... Mikoto, s'il te plait...
 
En sentant ses bras fins autour de sa taille, il se rendit compte de l'état désastreux dans lequel il avait mis celui sur qui il s'était défoulé. K.O., il était recouvert de bleus et de brûlures, et les poings du roi étaient amochés aussi. Il ne s'était même rendu compte que son souffle était devenu court, et qu'il peinait à retrouver une respiration normale.
 
Néanmoins, il ne comprenait pas le geste de Lassia.
 
-Pourquoi tu m'empêches d'achever cet enfoiré ?!
 
-Parce que ton épée va finir par tomber Mikoto ! Cria-t-elle désespérément en le serrant un peu plus contre elle.
 
Il se stoppa, cessant son pouvoir en regardant son épée de Damoclès. Il soupira. Il avait oublié.
 
-Je ne veux pas que tu te blesses pour ça, je ne veux pas que tu aies du sang  sur les mains à cause de moi, alors rentrons maintenant, d'accord... ?
 
Il jeta un dernier regard à l'homme défiguré et inconscient.
 
-Je ne mourrais pas, ne t'inquiète pas, la rassura-t-il en se retournant pour poser une de ses mains sur sa tête. »
 
Il lui offrit un sourire comme il en faisait peu. Un doux sourire, accompagné d'une excuse qui fut à peine audible. La dernière chose qu'il voulait, c'était bien l'inquiéter. Elle y répondit, le traitant d'imbécile tout aussi discrètement.
 
Suite à cette victoire, tous rentrèrent, proposant une fête pour se détendre un peu après la bataille. Le roi accepta après avoir jeté un regard à la principale concernée qui lui donna son approbation. Elle pourrait enfin faire son deuil correctement, soutenue par ses amis et le roi rouge. C'était tout ce dont elle avait besoin maintenant. Mais tout ne se passa pas comme prévu.
 
Alors que la fête battait son plein, des filles voulurent entrer en voyant l'ambiance joyeuse du bar. Lassia, qui était la plus près de l'entrée puisque Mikoto était parti se changer, les fit sortir en les informant que ce soir, c'était privé. Mais elle fut coincée dans le pas de la porte devant les filles qui insistèrent pour voir le roi. D'ailleurs, elles étaient relativement peu habillées, provocantes et le fait qu'elles l'appelaient par son prénom la perturba un peu.
 
« Mikoto côtoie ce genre de filles... ? »
 
Voilà le genre de questions qui assaillirent l'esprit de la jeune femme. Et ses inquiétudes se confirmèrent lorsque le concerné apparu derrière elle, fronçant les sourcils devant le problème qui lui déplaisait au plus haut point. Le rouge passa devant elle, dans un geste qui se voulait protecteur bien qu'elle ne le comprit pas comme ça, déclarant qu'il s'en chargeait avant de sortir avec les filles qui semblaient, quant à elles, ravies.
 
La jeune femme n'arriva pas à formuler ce qu'elle voulait dire. Combien de temps allait-il resté dehors ? Qu'allait-il faire ?
 
Incapable de s'y résoudre, elle remonta dans sa chambre, le c½ur lourd. Car oui, depuis le moment où elle lui avait révélé l'inavouable, montré ce qu'elle n'avait jamais exposé... Quand il l'avait pris dans ses bras si tendrement, sans hésiter lorsqu'elle en avait vraiment besoin... Lorsqu'il était passé à deux doigts de tuer son ennemi juste pour elle, qu'il s'était mis dans une colère noire pour elle, et uniquement pour elle...
 
Elle en était tout bêtement tombée amoureuse.
 
Le souvenir de ses bras chauds l'entourant réchauffait son c½ur souffrant. Se calant sous sa fenêtre dans la chambre inondée de ténèbres, elle se remémora tous les souvenirs qu'ils avaient partagé tous les deux. Et seulement tous les deux.
 
Jusqu'au moment où ses pensées furent interrompues par des voix féminines et criardes. La vitre étant ouverte, elle pouvait entendre ce qu'il se passait dans la rue, et y jeta donc un ½il par réflexe. C'est alors qu'elle vit Mikoto et le groupe de filles qui tenaient tant à le voir.
 
L'une d'elle s'approcha de lui, dans sa robe courte et moulante, mettant en avant sa poitrine généreuse. Le pire, c'est qu'elle était belle, cette blonde. Son maquillage était sophistiqué, et sa confiance en elle transcendait. La jeune femme enroula ses mains parfaitement manucurées autour du cou du rouge qui quant à lui, avait les mains dans les poches de son jean, ne bougeant pas d'un pouce. La blonde se colla contre lui, avant de l'embrasser, là, sous ses yeux, alors qu'il ne réagissait pas.
 
Pourquoi avoir fait tant pour elle si c'était pour finir comme ça ? Pourquoi il ne l'avait pas repoussé ? Pourquoi lui avoir tant fait croire qu'il y avait quelque chose entre eux... ? Pourquoi... ?
 
Elle se disait qu'elle n'aurait jamais cru Mikoto capable d'une chose pareille. Mais en réalité, elle le savait. Elle se voilait simplement la face. Un homme tel que lui fréquentait forcément ce genre de femmes. C'était ridicule de penser le contraire.
 
Les larmes naissant, elle claqua la fenêtre et se réfugia sur son lit. Le bruit fit sursauter le rouge, qui en réalité voulait prouver que rien qu'avec son regard, la jeune femme devant lui n'obtiendrait pas ce qu'elle voulait. Pas cette fois.
 
Des baisers, à vrai dire, il en avait reçu beaucoup, trop même. Mais il n'en avait jamais vraiment donné.
 
Il finit par repousser le groupe et rentrer. Il remarqua l'absence de la blanche, et la présence de son verre à moitié plein. Le roi interrogea son ami du regard, qui haussa les épaules, le visage grimaçant, tout en regardant l'escalier.
 
Tout le clan avait remarqué la proximité inhabituelle du roi avec Lassia. Mais il n'avait pas un passé très reluisant, et en apprenant la vérité, la jeune femme serait sans doute blessée. Et ça n'avait pas manqué.
 
Mikoto se pressa de monter les marches, toquant à la porte de la chambre de la blanche. Mais aucune réponse ne se fit entendre. Elle savait que c'était lui, rien qu'à sa façon de marcher. Le rouge l'appela plusieurs fois, sans jamais lever la voix. Posa plusieurs questions qui demeurèrent sans réponse. Se résigna à partir après lui avoir dit qu'il sera toujours là si besoin.
 
Il regagna sa chambre, s'affalant sur le lit. Pourquoi ce changement de comportement soudain ? Il ne l'avait quitté qu'une dizaine de minutes, et pourtant, ça avait suffit à semer le trouble entre eux. Il repensa à ses dernières actions, essayant de comprendre ce qu'il avait bien pu faire de mal envers elle. Mais il ne comprît pas plus.
 
De nouveau sur ce grand lit, seul, le vide qui avait été comblé pendant quelques temps revint l'assaillir.
 
Le temps passa, et Lassia l'évitait toujours. Essayant d'oublier ce qu'elle ressentait à chaque fois qu'elle le voyait. C'était trop dur. L'imaginer avec d'autres filles dans son lit, elle ne le supportait pas. Et ce qu'elle supportait encore moins, c'était qu'elle n'était pas en droit de l'en empêcher.
 
Pourtant Mikoto essayait de lui parler. Mais soit elle filait, soit elle ne lui répondait que le strict nécessaire. D'ailleurs, elle avait arrêté l'entraînement, et l'un comme l'autre semblait de plus en plus mal au fil des jours... Le rouge touchait de plus en plus à l'alcool, cette situation le rendait fou. Jamais il n'aurait pensé que tous ces moments avec elle cesseraient aussi brutalement. Il voulait comprendre pourquoi, mais surtout arranger les choses, qu'elle le regarde, qu'elle lui sourie.
 
La sensation de l'avoir dans ses bras... Il pensait avoir rêvé ce moment tant il lui semblait loin. Cette chaleur au creux de ses bras, au fond de sa poitrine. Tout ça ne pouvait être qu'illusion !
 
Le roi jura en pensant cela, posant brutalement son verre d'alcool sur la table basse de sa chambre. Soudain, on toqua. Chose rare. Il grogna qu'il ne voulait voir personne, mais la porte s'ouvrit tout de même.
 
Sur elle.
 
La lumière du couloir vint illuminer la chambre obscure. Ou peut-être était-ce sa présence. Il ne savait plus.
 
« -Izumo dit que tu refuses de manger, alors il a pensé que si c'était moi, tu voudrais bien. Je sais pas pourquoi il a dit ça, y'a aucune raison, mais bon...
 
Elle déposa le plateau-repas sur la commode la plus proche. Mikoto avait l'impression de revivre la première fois qu'il l'avait vu, la détaillant de la même façon que ce jour-là. Ses cheveux brillaient grâce à la lumière artificielle, et il resta bouche-bée un instant devant la jeune femme qu'il aurait facilement qualifiée de belle s'il avait pu parler.
 
Il se leva si brusquement que la blanche en sursauta. Ne sachant que faire, elle se redirigea vers la porte, mais Mikoto, en la voyant s'éloigner, encore, ne put rester statique. Il se précipita vers elle, fermant brusquement la porte entrouverte. Peut-être était-ce l'alcool dans ses veines qui parlait pour lui.
 
-Reste.
 
Plus qu'un ordre, une supplication.
 
Cependant, il ne fit rien pour l'obliger physiquement. Seulement ancrer son regard dans le sien, à quelques centimètres de la jeune femme, plaquée contre le mur de sa chambre. Elle fut pris de court par cette demande, mais sentit l'odeur typique de l'alcool.
 
-Mikoto, tu as trop bu...
 
-L'alcool n'a rien à voir là-dedans.
 
Il passa un bras derrière elle pour la plaquer doucement contre lui. Plus qu'une envie, un véritable besoin. La vue de son cou fut tentatrice. Et le pire de tout, c'est qu'elle ne le repoussait pas.
 
Oui, elle était totalement perdue. Convaincue qu'elle ne l'intéressait pas le moins du monde, qu'est-ce qu'il lui prenait ?
 
Remontant sa main gauche au niveau de son cou immaculé, il le caressa du bout des doigts, la faisant frissonner. N'en tenant plus, il embrassa cette peau qui s'offrait à lui, faisant néanmoins rougir la blanche.
 
-Je te veux... Je veux te faire mienne, Lassia... Murmura-t-il à son oreille.
 
C'était le blanc total dans l'esprit de la jeune femme. Elle pensait avoir rêvé ses paroles dignes d'un roi comme Mikoto, mais qu'elle n'aurait jamais pensé entendre.
 
Les baisers s'enchaînèrent le long de cette unique partie du corps, Lassia soupirant de satisfaction à ces multiples contacts tandis que ses bras s'enroulèrent autour de sa taille. Ses lèvres étaient douces, et chaudes. Ses mains l'étaient aussi, tout son corps semblait en feu.
 
-Va-t'en... Avant que je ne puisse plus me retenir.
 
Il voulait tout sauf lui faire du mal. Il relâcha difficilement sa prise, alors que la jeune femme passa ses bras autour de lui.
 
Il la désirait. L'homme qu'elle aimait la désirait elle, et pas une autre fille. Alors était-ce si mal de refuser ? Qui avait-il de mal à ça ? Y avait-il une seule raison de refuser une telle demande ?
 
-Fais-le. Mais à une condition.
 
Surpris, le rouge ne réagit pas tout de suite, croyant avoir rêvé. Pourtant, elle était bien en train de l'enlacer, ce n'était pas un mirage.
 
-Fais-moi l'amour... Comme si tu m'aimais.
 
L'aimer ? Ça, le rouge n'en avait pas encore conscience. Son esprit n'était qu'envahi de désir. Jamais il n'avait autant désiré une femme de sa vie. Mais tout l'attirait chez elle, absolument tout.
 
Comme réponse à sa demande, il passa ses mains sous son haut, caressant la peau si douce de son dos, tout en déposant un chaste baiser sur les lèvres légèrement rosées de la blanche.
 
Leur premier baiser, durant lequel aucun des deux n'osa respirer pendant les premières secondes.
 
Mais il s'intensifia bien vite, toujours en cherchant l'autorisation de la jeune femme, sa langue passa la barrière de ses lèvres après quelques caresses. Commença un langoureux baiser auquel elle répondit avec tout son amour, après que le roi ait descendu ses mains sur ses hanches pour la remettre contre lui dans un unique geste un peu brusque, mais prouvant le désir ardent qui l'habitait.
 
Elle l'aimait, il la désirait. Personne n'était perdant. Même si elle savait qu'elle en souffrirait. Que ce n'était moralement pas correct. Mais jamais elle ne pourrait regretter cette nuit passée à ses côtés. Jamais.
 
Si la seule chose qu'elle pouvait lui offrir était elle-même, alors elle le ferait. Sans hésiter.
 
La fougue ayant définitivement pris possession de son corps, le roi passa ses bras sous les fesses de la jeune femme pour la porter jusqu'à son lit. Quant à elle, elle enroula ses jambes autour de son bas-ventre pour lui faciliter la tâche, ne lâchant pas ses lèvres d'un millimètre.
 
Mikoto déposa la jeune femme sur le matelas, délicatement, comme si elle risquait de se briser s'il ne faisait pas attention. Il recula, coupant leur échange pour enlever son t-shirt, étant maintenant à moitié nu. Lassia n'osa pas regarder son torse, pourtant pas si musclé, mais magnifiquement bien dessiné tout de même. Le concerné rit doucement à cette réaction innocente et vint rembrasser la première zone qu'il avait jamais touché.
 
-T'as le droit de toucher tu sais, susurra-t-il au creux de son oreille, faisant s'empourprer encore plus la blanche.
 
-Arrête de te foutre de moi, répliqua-t-elle en tapant légèrement ses pectoraux.
 
-Désolé, c'est juste... Que tu es vraiment mignonne quand tu es gênée... »
 
C'était également la première fois pour le rouge qu'il faisait un compliment. Tant de premières fois avec cette fille si spéciale...
 
Elle rougit de plus belle, avant de se reprendre et passer ses mains dans son cou pour l'embrasser. Maintenant qu'elle avait droit à ses lèvres, elle n'allait pas s'en priver, même si ce n'était que pour une seule nuit.
 
Mais elle ne se fit pas trop entreprenante, bien qu'elle se laissa aller à caresser son torse. Elle se doutait de son caractère dominant, donc elle se laisserait faire. Pour une seule fois, après tout...
 
Son haut et les jeans finirent vite au sol, et Mikoto se stoppa devant la jeune femme peu vêtue. Il la dévorait littéralement des yeux. Dieu qu'elle était sexy dans ses sous-vêtements noirs.
 
Elle cacha néanmoins un peu sa poitrine qu'il ne pensait pas si généreuse sans pour autant trop l'être, et il sourit. Elle était intimidée par le roi, ce n'était pas n'importe qui. Mais comme s'il l'avait senti, il prit sa main et y déposa un baiser, parcourant son corps entier de ses grandes mains chaudes une seconde fois, ce qui la faisait toujours autant frissonner pour le plus grand plaisir du rouge.
 
DEBUT LEMON
 
A partir de cet instant, les mots ne furent plus utiles. Ils se comprenaient, dans leurs regards et leurs gestes. Il fut délicat lorsqu'il s'agissait de ses zones sensibles, dégrafant son soutien-gorge durant un énième baiser alors qu'il était maintenant au-dessus d'elle. Le rouge enleva l'avant-dernier vêtement avec délicatesse, rejoignant les autres, tout en embrassant la naissance de ses seins.
 
Parcourant ses formes du bout des doigts, il vint titiller gentiment l'une des pointes, provoquant les premiers gémissements de plaisir de la jeune femme. Chose qui dura assez longtemps pour commencer. Il ne pensait cependant pas que ses simples petits cris lui feraient tant d'effet, effet déjà visible à travers le boxer du rouge.
 
Mais il passa outre ses propres désirs. Il voulait lui donner autant de plaisir que possible. Lui faire l'amour comme il ne l'avait jamais fait.
 
Voyant que son regard humide de désir en demandait plus, il ne garda qu'une main pour s'occuper de sa poitrine, et suivit lentement la ligne de son ventre du bout des doigts jusqu'à son intimité. Le rouge caressa l'intérieur de ses cuisses, qu'elle écarta lentement sous ses gestes. Il attendit cependant qu'elle soit sûre avant de glisser ses doigts sous le dernier morceau de tissu cachant sa nudité.
 
Mikoto caressa l'entrée de son antre, ne faisant qu'accroître lentement le feu du désir de Lassia, avant d'entrer un premier doigt à l'intérieur. Il fit quelques va-et-vient, faisant toujours plus gémir la jeune femme qui se raccrochait désespérément à lui. Il continua de plus belle, toujours avec la même tendresse, avec un second doigt.
 
Ce petit jeu dura quelques minutes, pendant lequel la blanche désirait de plus en plus en finir avec cette torture si plaisante.
 
Quant au roi, il n'en tenait plus. Ses gémissements faisaient naître en lui un feu ardent qui grandissait un peu plus à chaque nouveau cri.
 
Se remettant à califourchon au-dessus de sa belle, il lui laissa quelques instants de répit durant lesquels il la contemplait toujours si intensément. Elle passa une main dans ses cheveux, le regardant avec le même désir dans les yeux alors qu'elle tentait de reprendre son souffle.
 
Elle baissa les yeux vers son membre, qu'elle devinait à son maximum au vu de son boxer. Comprenant son envie, elle acquiesça. Le roi passa ses doigts une nouvelle fois sur le tissu maintenant humide pour lui retirer, avant de lui-même se mettre à nu.
 
Mais en premier, il la prit dans ses bras, lui déposa un baiser sur le front tout en positionnant sa virilité à l'entrée de son intimité, pour qu'elle écarte instinctivement les jambes. Lentement, il la pénétra dans un râle de plaisir, sentant son désir qui ne tenait plus. Quant à elle, la blanche s'enroula autour du bassin du rouge une fois l'appareil entièrement rentré, lui faisant pousser un cri de plaisir étouffé mais néanmoins plus intense qu'auparavant.
 
Il resta ainsi quelques secondes, afin d'apprécier pleinement cette sensation d'être enfin en elle. Puis il commença une série de va-et-vient, doux et lents au début pour ne pas la brusquer, provoquant des cris chez la jeune femme qui se firent plus forts que lors de ses « petits jeux ». Mais il voulut lui donner encore plus.
 
C'est ainsi qu'ils devinrent plus vifs et fougueux par la suite, mais sans jamais devenir violents. Cette fois, la réaction de la blanche fut immédiate. A chaque fois qu'il atteignait le fond de son être, elle lâchait des cris plus puissants les uns que les autres, provoquant des râles similaires chez le rouge.
 
Durant leur union, il ne la lâcha pas. S'assurant de lui donner autant de plaisir que possible, il l'embrassa, bien qu'il fut difficile pour elle d'y répondre sous la vague intense de jouissance qu'il provoquait à l'intérieur de son être. Alors il se rabattit sur les pointes durcies de la jeune femme, ce qui donna l'effet recherché. En réaction, ses ongles s'enfoncèrent dans ses omoplates, y laissant des traces rougeâtres sans pour autant le faire saigner.
 
Elle voulait lui dire qu'elle l'aimait. Elle voulait tellement lui dire, mais seul son nom passa le barrage de ses lèvres. Le roi de son côté, répondit à ses appels en prononçant le sien de la même manière. L'orgasme grandissait pour eux deux à chaque fois que son membre durci parcourrait et heurtait le fond de la blanche, et ils ne purent le contenir plus longtemps. C'est ainsi qu'entre râles et gémissements de bonheur de s'unir ensemble, ils crièrent le prénom de l'autre dans un ultime coup de rein.
 
FIN LEMON
 
Tous deux transpirants et essoufflés, il se retira doucement avant de s'écrouler à côté de la jeune femme, l'entourant de l'un de ses bras. La nuit était déjà bien avancée, et la blanche se retrouva fatiguée de cet échange qu'elle n'aurait pas imaginé si fougueux. Profitant de l'homme qu'elle aimait pour la fin de la nuit, elle s'endormit à ses côtés. Puisque c'était probablement la seule fois où elle pourrait le faire, autant en profiter jusqu'au bout.
 
Contre toute attente, cette nuit fut aussi torride qu'emplie d'amour. Même si aucun des deux ne l'avait avoué...
 
Mikoto, inconsciemment, dormit tout en la serrant contre lui. Par peur qu'elle ne parte elle aussi. Ce n'est que le lendemain, lorsque les premiers rayons du soleil percèrent que la blanche se réveilla. L'étreinte du roi avait diminué, et elle pouvait maintenant se défaire de ses bras.
 
Elle soupira en se souvenant de la nuit qu'elle avait passée avec lui. Elle se souvint qu'il avait bu. Et se rappela que lui considérait peut-être leur union comme une erreur. Si toute fois il s'en rappelait.
 
La jeune femme s'assit en s'éloignant un peu dans l'intention de se lever, bien que l'envie n'y était pas. Elle regarda longuement le visage endormi du rouge, voulant lui caresser les cheveux. Mais elle résista à la tentation.
 
Cependant, à peine eut elle fait un mouvement pour quitter le lit qu'il l'attrapa par le poignet.
 
« -Qu'est-ce que tu fais ? Demanda-t-il sur un ton mi-inquiet, mi-autoritaire.
 
-Tu ne dormais pas... ? Fit la blanche, un peu déboussolée.
 
-Si, mais j'ai senti que tu n'étais plus là.
 
Elle resta muette, ne sachant que dire. Baissant la tête, elle se rappela cette nuit, et se mordit la lèvre inférieure. Combien en avait-il ramené comme ça ? Combien...
 
-Qu'est-ce que ça peut te faire ?
 
L'air soudain accusateur de la jeune femme fit ouvrir de grands yeux surpris au roi.
 
-Combien t'as amadoué de filles comme ça pour les ramener dans ton lit ? Combien t'en as piégé, hein ?
 
Non, ce n'était pas ce qu'elle voulait dire. Car il faisait ce qu'il voulait. Et elle n'était pas mieux que les filles en question. Mais ça lui faisait tellement mal de l'admettre.
 
Quant au rouge, il baissa à son tour les yeux sous ses accusations, bien qu'il fût incapable de la lâcher, sans pour autant lui faire mal.
 
-J'ai toujours fait ça dans des hôtels avant, t'es la première à entrer dans ma chambre.
 
C'était la vérité, mais Lassia la refusait.
 
-A d'autres... Nia la jeune femme en voulant se défaire de l'emprise du rouge.
 
-Tu regrettes cette nuit ?
 
Elle se figea. C'était la pire question qu'il pouvait lui poser. Mais si elle lui répondait oui, alors il laisserait tomber, même s'il avait enfin compris ses sentiments. Cependant, les larmes pointèrent au bord des paupières de la blanche.
 
-Comme si je pouvais regretter... De m'être unie à l'homme que j'aime...
 
Elle l'avait dit. D'ailleurs, Mikoto en resta stoïque, convaincu d'une réponse positive à sa question. Elle défit son poignet dans l'intention de fuir, mais à peine avait-elle rompu ce contact qu'il l'empêcha une nouvelle fois de partir. La forçant à être dos au lit en dessous du rouge, il lui maintint les poignets sans lui faire mal.
 
-Attends ! Je sais que j'ai fait n'importe quoi, mais je ne veux plus jamais être loin de toi. Tu as comblé cette solitude qui me bouffait avant ton arrivée dans ma vie !
 
Il passa une main sur sa joue, essuyant délicatement la larme qui avait coulé avec son pouce, tout en remontant un peu son visage pour qu'elle le regarde vraiment.
 
-Regarde-moi. Je te jure, sur tout ce que j'ai, que je n'ai jamais ramené de filles ici, que je n'ai jamais fait l'amour comme je l'ai fait cette nuit, que je n'ai jamais embrassé une fille comme ça jusque maintenant.
 
-Arrête, tu avais bu, je le sais pertinemment ! Si ça se trouve tu inventes tout pour me convaincre !
 
-Je t'ai déjà dit que l'alcool n'avait rien à avoir là-dedans !
 
Les perles salées s'enchaînèrent sur les joues de la blanche, incapable de croire de si doux mots. Blessé qu'elle n'arrive pas à le croire, il n'eut qu'une possibilité pour la convaincre de sa sincérité, même s'il n'aimait pas ça.
 
Rattrapant son deuxième poignet dans une de ses mains, il eut un air sombre sur le visage.
 
-Je vais te montrer comment je leur faisais l'amour, si tu ne me crois pas.
 
Elle se figea à ses mots, sentant ses poignets lui faire mal. Elle ne pouvait pas se dégager, et la main libre de Mikoto écarta brutalement les jambes de la blanche tout en la regardant dans les yeux.
 
-A-Arrête, supplia-t-elle, le regard apeuré.
 
Le rouge, baissant la tête, ne répondit rien. Oui, les filles avec qui il avait couché avant aimaient lorsqu'il était brutal. Mais avec elle, il en était tout bonnement incapable.
 
Alors qu'elle ferma les yeux en s'attendant au choc d'une pénétration brutale, il vint l'enlacer dans une tendre étreinte.
 
-Pardonne-moi, mais je n'avais pas le choix. Je veux juste que tu comprennes à quel point tu es différente, à quel point je tiens à toi. J'ai tout compris pendant qu'on le faisait, car c'est la première fois que ça avait un sens ! Je suis le dernier des abrutis mais... Je voudrais juste tout recommencer, le faire bien... Laisse-moi essayer, rien qu'une fois, une seule fois. Laisse-moi une dernière chance de te prouver à quel point je suis tombé amoureux de toi...
 
Il avait l'impression de la perdre, comme il l'avait perdu à partir du jour où elle l'évitait. Mais il ne pouvait pas la retenir si elle ne le voulait pas. A cette pensée, il ferma les yeux, serrant les dents en pensant à l'éventualité qu'elle ne lui pardonnerait peut-être pas. Et son mutisme n'arrangeait rien.
 
-Tu peux... répéter ce que tu viens de dire... ?
 
Il rouvrit lentement les yeux à sa question hésitante, sentant également ses mains se poser sur ses joues.
 
-Je... Je suis tombé amoureux de toi... fit-il en détournant  le regard, une pointe de rose sur ses joues, témoignant de sa gêne.
 
Après tout, ce n'était pas quelque chose qu'un roi disait à tout va. Surtout pas le roi rouge. Mais c'était un fait, la vérité. Une évidence.
 
-Depuis que je t'ai vu la première fois... J'ai su que tu n'étais pas comme  les autres. Je m'en veux... d'avoir tant merdé.
 
Le rouge posa sa main sur l'une des siennes. Il la regarda à nouveau en l'entendant rire légèrement, revoyant enfin son sourire sous ses larmes.
 
-Tu auras vraiment mis le temps... »
 
Il se pencha pour déposer un nouveau baiser sur ses lèvres, auquel elle répondit tendrement. Un baiser salé que même leur nudité n'approfondit pas. Ils voulaient exprimer leur amour, qu'ils savaient maintenant réciproque, d'une autre façon que cette nuit-là.
 
Mikoto Suoh, le roi rouge, à qui apparemment ne manquait rien, se sentait enfin entier. Quelqu'un à protéger, à qui donner toute la tendresse qu'il n'avait jamais pu exprimer... Voilà tout ce que Mikoto Suoh voulait.
 
Et c'est probablement la chose que tout le monde recherche au fond, non ?
 
THE END
Un autre écrit sur Project K? Clic ici !
Comme si tu m'aimais
Je tiens a me répéter : cet écrit est loin d'être parfait, mais j'espère qu'il vous à plu ou distrait un minimum quand même, parce que j'ai grave aimé l'écrire, j'vais pas vous le cacher.

C'est un OS "défouloir" comme je l'appelle. J'avais qu'une scène en tête et tout le reste je l'ai inventé sur le tas, donc si c'est bancal, c'est normal !

N'hésitez pas à repérer les fautes que j'aurais laissé échappé, ça m'aide toujours !

Mais surtout, dites-moi ce que vous en avez pensez, enfin en particulier le lemon, qui est sans doute la partie la plus travaillée tellement je n'avais aucune idée de comment agencer le truc, mais j'aime bien, au final '^' et vous?

Le prochain écrit sera ce que j'ai le plus avancé : un mutli-shot (qui devait être un OS à la base, LEL) sur One Piece (enfin le film Adventure of Nebulandia que j'ai kiffé) mais après je pense me reconcentrer sur ma fic Nana, pas d'inquiètude ! Avec un autre truc à côté, évidemment, j'ai jamais la vie simple moi o/

Merci d'avoir lu jusqu'au bout, kissou !

 

Comme si tu m'aimais

Tags : Project K

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (50.19.34.255) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Les-ecrits-de-Lassia

    19/02/2017

    Poesies13 wrote: "Bref bien écrit, j'ai pour le coup pas trop fait attention aux fautes, oui c'est rare. C'est qu'il devait pas y en avoir beaucoup va. Et le lemon est très très réussie de mon point de vue. Voilà bisous bisous !"

    mince j'avais pas fini de te répondre!
    je disais, ah tu trouves? On me l'avait jamais dis x)
    normalement y'a pas de trop de fautes :')
    merci pour le compliment!!! le premier lemon de ma VIE xD

  • Les-ecrits-de-Lassia

    19/02/2017

    Poesies13 wrote: "Coucou XD
    J'ai encore une fois adoré cet écrit. Il était vraiment cool. On ressent que l'histoire va vite et passe en une ligne certains événements qu'on pourrait faire en 20 lignes mais je trouve que comme tout l'écrit est un peu près comme ça, c'est nickel ^^ L'histoire est un peu à mi chemin entre l'histoire que tu racontes à un ami et le vrai roman. C'est bien dosé et c'est cool. Il faut que je me fasse cette saison 2 un jour bon sang ^^
    "

    ahah oui c'était un écrit défouloir donc l'histoire était pas très travaillé ahah :') contente que ça t'est plu!

  • Poesies13

    16/02/2017

    Bref bien écrit, j'ai pour le coup pas trop fait attention aux fautes, oui c'est rare. C'est qu'il devait pas y en avoir beaucoup va. Et le lemon est très très réussie de mon point de vue. Voilà bisous bisous !

  • Poesies13

    16/02/2017

    Coucou XD
    J'ai encore une fois adoré cet écrit. Il était vraiment cool. On ressent que l'histoire va vite et passe en une ligne certains événements qu'on pourrait faire en 20 lignes mais je trouve que comme tout l'écrit est un peu près comme ça, c'est nickel ^^ L'histoire est un peu à mi chemin entre l'histoire que tu racontes à un ami et le vrai roman. C'est bien dosé et c'est cool. Il faut que je me fasse cette saison 2 un jour bon sang ^^

  • Poesies13

    15/01/2017

    coucou ^^
    Chaque fois que je vois des trucs sur K Project je me dis que je devrais regarder la suite un jour mdr
    mais j'ai commencé à voir des animes qui trainaient sur mon disque et j'ai pu voir .... bon la liste est là XD : http://hoseki-amaryllis.skyrock.com/article_2440268723.html
    sijamais il y a des mangas que tu as vus... ;)

  • Les-ecrits-de-Lassia

    24/12/2016

    Poesies13 wrote: "bien c'est tout pour aujourd'hui je n'ai plus qu'à lire tes derniers écrits XD
    Gros bisous tout plein et à tout vite ^^
    Passe de Joyeuses fêtes ♥

    PS : Jolie musique d'ambiance (Red - Start Again)
    "

    vui tu dois lire celui là et ma première partie d'Harmony x)
    gros bisous !! ♥ bonne fêtes à toi aussi :)
    (merci je l'adore beaucoup '^')

  • Poesies13

    23/12/2016

    bien c'est tout pour aujourd'hui je n'ai plus qu'à lire tes derniers écrits XD
    Gros bisous tout plein et à tout vite ^^
    Passe de Joyeuses fêtes ♥

    PS : Jolie musique d'ambiance (Red - Start Again)

  • FREEZE

    31/10/2016

    Bien ! C'est beaucoup plus clair maintenant, les corrections sont très bien faites.

  • Les-ecrits-de-Lassia

    30/10/2016

    Nate-Arkhis wrote: "Ma plume est motivée donc je te laisse ce commentaire,
    Sache toutefois que si tu ne le trouves pas clair,
    Une traduction se trouve en fin de pavé, jeune littéraire.
    Ceci dit, pouvoir retranscrir en mot,
    Ce que tu fais comprendre à nos kokoro,
    Me paraît toujours agréable,
    Jeune bourrine insupportable.

    Que dire, je lis tant de tes écrits et j'arrive pourtant à ne pas me lasser de ta plume.
    Tantôt maladroite dans certaines de tes expressions tu parviens à garder ton navire à flots et tient la barre telle une légendaire matelot. (Salut OP xD)
    Pas de secret cependant, ton tempérament y est pour quelque chose, une fille ardente qui ne mâche pas ces mots, allant droit au but, détaillant d'un oeil avisé chaque frame de l'action et quand bien même le politiquement correct, de l'avis de certains ne serait pas respecté (on peut être choqué ou non par un lemon, ce ne sera jamais mon cas bien sûr), tu lèverais un doux majeur pour et contre l'autorité (acceptant bien évidemment toute critique constructive de ton travail).
    Ce qui me plait le plus est probablement cette... "faculté ?" à nous faire ressentir chaque once des sentiments de tes personnages.
    L'aisance vient avec le temps, j'imagine que l'ancienneté t'a été bénéfique, continue comme ça, enfin plutôt améliore-toi encore !
    Ton style est intéressant alors ne te laisse pas, jeune oiseau aux plumes d'argent, dépérir et te noyer dans ce concept idiot qu'est la réalité, ton imagination est ta seule limite, ton écrit était très intéressant et mérite tous les encouragements.
    Une note cependant à ne pas oublier, ta relecture ^^

    (Un texte de loi pour te dire que c'était cool, gaffe aux fautes et à ta relecture, le lemon était sympa sans être trop long, mais prends pas la grosse tête jeune loutre ! XD)
    "

    Je ne pensais pas que tu me laisserais un com ici, jeune nouille !

    Tranquille le délire poétique? Sisisava? XD La jeune bourrine insupportable t'emmerde avec amour au passage :3
    lel la ref à OP. J'ai conscience que j'écris pas toujours du Rimbaud. Mais je pense qu'un écrit ou toutes tes phrases sont travaillées de ouf prendrait la tête. En tout cas moi oui. XD
    tu m'as fait rire, n'importe quoi ! un lemon est acceptable si on le prévient, personne n'en sera choqué si il est averti. Si on me le reproche maintenant, oui, en effet, j'emmerderais profondément la personne en question :3 par contre je ne suis pas sûre que je détaille aussi bien que tu le dis xD
    omg, tu sais sûrement que faire ressentir de l'émotion dans ce que j'écris est mon principal but. Ici, je m'étais absolument pas concentrée sur ça, donc je suis étonnée. Moi-même quand je lis, c'est compliqué de me faire ressentir vraiment quoi que ce soit :c
    ahah vui je m'améliorerais encore, enfin je l'espère ! en même temps ça ne pouvait pas être pire qu'AMD ! #lesvraissavent
    je pense pas que mon imagination soit on ne peut plus originale. Si ça peut divertir, c'est tout ce qui compte. Si je peux y passer des émotions, j'en suis ravie !
    et vui, ma relecture est faiteuh.
    (nan jeune panda jamais je n'aurais une tête comme un ballon, promis ! Je ne suis pas Nt !)

  • Les-ecrits-de-Lassia

    30/10/2016

    FREEZE wrote: "* Mikoto pardon pas Makoto, mon correcteur est nul à chier xD"

    t'inquiète xD

Report abuse